Nous vous conseillons…

Il n’y a pas de bons plans en ce moment, mais revenez vérifier régulièrement !


Vos réservations


Veuillez vous connecter pour afficher vos réservations.

Philippe Jaroussky © Marc Ribes

Soirée Haendel
Ouverture de Radamisto
« Son pur felice », « Bel conten­to », réci­ta­tif et air extraits de Flavio
« Son stan­co », « Deggio morire o stelle », réci­ta­tif et air extraits de Siroe
« Se potes­se­ro i sos­pir miei », air extrait d’Imeneo
« Vieni d’empietà », « Vile, se mi dai morte », réci­ta­tif et air extraits de Radamisto
« Che mi chia­ma alla glo­ria », « Se par­la nel mio cor », réci­ta­tif et air extraits de Giustino
« Inumano ratel », « Stille amare », réci­ta­tif et air extraits de Tolomeo
« Ombra cara », air extrait de Radamisto
« Privarmi anco­ra », « Rompo i lac­ci », réci­ta­tif et air extraits de Flavio

Le com­pa­gnon­nage de Philippe Jaroussky avec l’œuvre de Haendel est ancien et il aime à y reve­nir régu­liè­re­ment. Le cor­pus lyrique du Caro Sassone est l’un des plus impor­tants pour l’époque baroque et offre sur­tout quelques-uns des plus beaux airs écrits à l’origine pour les cas­trats, dont les contre-ténors modernes font aujourd’hui leur miel. Avant de le retrou­ver en Ruggiero en mars pro­chain ici-même aux côtés de l’Alcina de Cecilia Bartoli, il nous offre ce réci­tal com­po­sé d’un flo­ri­lège d’airs mécon­nus mais d’une vir­tuo­si­té extrême. Ils appar­tiennent tous à des ouvrages com­po­sés par Haendel pen­dant la si féconde période de la Royal Academy of Music de Londres qui vit triom­pher ses plus grandes pages lyriques.

Production Théâtre des Champs-Elysées


Réservation


Cet évé­ne­ment est com­plet.