Nous vous conseillons…

Il n’y a pas de bons plans en ce moment, mais revenez vérifier régulièrement !


Vos réservations


Veuillez vous connecter pour afficher vos réservations.

De part et d’autre du meurtre du roi Duncan et de l’usurpation du trône par le régi­cide Macbeth, les ques­tions qui se posent res­tent béantes comme des plaies. Le héros n’est peut-être qu’un brave qui a eu le mal­heur de croi­ser sur sa route trois sor­cières dont il n’aurait pas dû écou­ter les pro­phé­ties. Mais de qui sont-elles les porte-parole ? Dans un monde où la boue des champs de bataille est l’envers san­glant des lieux feu­trés du pou­voir, toutes les trans­gres­sions semblent deve­nues pos­sibles. Macbeth est comme l’histoire d’un rêve qui prend peu à peu corps. Ce rêve semble d’abord flot­ter entre les deux époux Macbeth. Il ne se met à prendre, à coa­gu­ler, qu’à par­tir du moment où ils s’en reparlent. Dans cette pièce oni­rique, on ne sait jamais exac­te­ment où l’imagination com­mence à s’incarner, ni com­ment sépa­rer fan­tasme et réa­li­té – mais la spi­rale des­truc­trice, une fois lan­cée, ne s’arrête plus… La plus courte des tra­gé­dies de Shakespeare semble com­battre le cau­che­mar d’un monde bas­cu­lant dans l’irrationnel et livré au règne de la peur : Stéphane Braunschweig y voit une œuvre pour notre temps.

#Macbeth

Macbeth is Hell paying us a cour­te­sy visit,
a night­mare come true, under the rei­gn of fear –
a ter­ri­fying mir­ror for our times.


Réservation


Cet évé­ne­ment est com­plet.