Nous vous conseillons…

Il n’y a pas de bons plans conseillés en ce moment, mais revenez vérifier régulièrement !


Vos réservations


Veuillez vous connecter pour afficher vos réservations.

Résultat de recherche d'images pour "Justine ou les malheurs de la vertu comédie française"

Anne Kessler nous livre « Justine ou les Malheurs de la vertu » sans artifice, ni censure. Un récit aussi libre ne saurait obéir aux contraintes de la représentation théâtrale. Plus rien ne peut interrompre l’aventure à moins que le temps n’en décide autrement.

La réputation sulfureuse de Sade occulte bien souvent la dimension philosophique et même poétique de son œuvre.

Dire Sade. Le dire seulement. Le faire entendre et le disculper de la perversité qu’on lui prête. Le dire surtout pour révéler l’ambition élevée et la puissance de l’œuvre. Le dire aussi pour s’apprendre à dominer le vertige que produit sur les consciences la stridulation du vice. Le dire enfin pour l’inscrire à sa place légitime, parmi les auteurs des « Lumières ».
Je ne soupçonnais pas tant de poésie, d’humanité, de philosophie chez le marquis de Sade. Dans Justine les horribles, les méchants, les pervers sont si horribles, si méchants, si pervers qu’ils sont aussitôt nos ennemis jurés. Oui, nous jurons leur perte et leur déchéance car la lumière de l’innocence de leurs victimes, de leurs proies nous bouleverse, nous éblouit et nous console.

Intervenir, découper, ordonner, censurer cette œuvre pour la faire entendre n’a aucun sens. Ce serait prendre le risque de compromettre l’exactitude d’une mécanique implacable qui sait construire l’émotion du lecteur – ou du spectateur – en lui imposant une rythmique des mots et des événements, pensée avec une rigueur de géomètre et une impassibilité de confesseur. Il faut entrer dans le récit de la façon la plus sincère et la plus libre possible. En m’appuyant sur une scénographie et un espace ascétiques, je commencerai à dire le roman et je poursuivrai le récit des aventures de Justine jusqu’au bout du temps imparti. Je me retirerai ensuite dans ma loge, laissant cheminer seules, dans la conscience des spectateurs, la splendeur des victimes et la misère de leurs bourreaux. C’est ainsi que naîtra, si mon but est atteint, le désir de lire Justine et peut-être d’autres œuvres de Donatien Alphonse François, Marquis de Sade.


Réservation


N.B. : les réservations sont approuvées ou rejetées environ dix jours avant le spectacle. Elles sont uniquement attribuées en fonction du statut (1A, 2A, 3A, césurier…) et du nombre de réservations rejetées et approuvées par le passé. Les places d’une même réservation sont placées côte à côte dans la mesure du possible. Lorsque plusieurs catégories sont proposées, vous pouvez nous autoriser à vous surclasser ou à vous déclasser. Si les places de votre catégorie sont toutes attribuées, nous pourrons alors vous attribuer des places dans une catégorie supérieure ou inférieure.

Si vous souhaitez réserver un bon plan pour la 1re fois cette année, remplissez ce formulaire, et un compte vous sera créé automatiquement.

Je souhaiterais :

  • Billet standard à 10,00 €


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le Bureau des Arts CentraleSupélec pour enregistrer votre réservation. Elles sont conservées pendant 8 ans et sont destinées au BdA et à certaines salles de spectacle. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant le BdA à bda.nous-contacter@ml.viarezo.fr.