Nous vous conseillons…

Il n’y a pas de bons plans en ce moment, mais revenez vérifier régulièrement !


Vos réservations


Veuillez vous connecter pour afficher vos réservations.

Lire le pas­sé à l’aune du pré­sent, voi­là sans doute ce que Stéphane Braunschweig sait faire mieux que qui­conque : regard affû­té qui renou­velle la lec­ture des textes pour nous les faire réen­tendre, res­pect abso­lu des mots et de l’auteur, vision de l’espace où se déploie le verbe.

Figure de proue du théâtre contem­po­rain, il met en scène pour la pre­mière fois la Troupe en 2016 avec Britannicus de Racine. Et de s’attaquer ain­si à un réper­toire qu’il n’avait encore jamais abor­dé, celui de la tra­gé­die clas­sique fran­çaise. Mis en scène par Jean-Pierre Miquel en 1978, Jean-Luc Boutté en 1990 et Brigitte Jaques-Wajeman en 2004, Britannicus est un tis­su d’intrigues entre pro­fes­sion­nels de la poli­tique. Leurs ambi­tions affi­chées sont étroi­te­ment mêlées à la sphère intime par les liens filiaux, par les haines ou les amours qu’ils se vouent. Racine choi­sit un épi­sode par­ti­cu­lier de l’histoire romaine, ce moment où émerge un monstre, Néron, véri­table héros d’une œuvre qui porte le nom de sa vic­time. C’est le récit d’une prise de pou­voir dont les res­sorts sont conte­nus dans la per­son­na­li­té du jeune empe­reur.
Dans un espace évo­quant un « lieu de pou­voir moderne, réel, où se tiennent des dis­cus­sions aux­quelles le peuple n’a pas accès et où se prennent des déci­sions », Stéphane Braunschweig met en lumière « l’intrication étroite des don­nées psy­cho­lo­giques et des don­nées poli­tiques ».


Réservation


Cet évé­ne­ment est com­plet.