Nous vous conseillons…

Il n’y a pas de bons plans en ce moment, mais revenez vérifier régulièrement !


Vos réservations


Veuillez vous connecter pour afficher vos réservations.

Titus et Bérénice vivent un amour impos­sible. Ils ne peuvent se l’avouer. Bérénice ne peut pas même le conce­voir : depuis cinq ans, son amant n’a ces­sé de lui jurer une pas­sion éter­nelle. Quant à Titus, il pré­fère s’étourdir, s’aveugler. Mais voi­ci que s’est levé le jour tra­gique. Entre la loi du monde et la foi des amants, il va fal­loir choi­sir. Et ce choix est un mor­tel déchi­re­ment. Il sem­ble­rait pour­tant que Titus n’ait qu’un mot à dire pour dic­ter son désir à l’univers entier et s’unir à Bérénice. Elle-même l’y encou­rage : “Dites, par­lez !” Pourquoi donc reste-t-il inter­dit ?… Racine l’a lui-même indi­qué : “toute l’invention”, ici, “consiste à faire quelque chose de rien”. Ce “rien” est une ligne de par­tage qui sans bruit, sans coup de théâtre, s’ouvre entre ceux qui s’aiment et les écarte l’un de l’autre, creu­sant l’abîme tout en éle­vant leurs paroles d’une “tris­tesse majes­tueuse” à la puis­sance d’un chant d’absolue pas­sion. Célie Pauthe, comme ses mises en scène d’Une Bête dans la jungle, puis d’Un amour impos­sible l’ont démon­tré, est par­ti­cu­liè­re­ment sen­sible à ces his­toires poi­gnantes où se concentre l’essence d’un lien intime. Sa Bérénice, à laquelle elle est par­ve­nue à force de lire Duras, naî­tra de la même intui­tion.

#Bérénice

The quin­tes­sen­tial clas­si­cal tra­ge­dy,
one of the peaks of French lite­ra­ture :
a tri­bute to lan­guage as pas­sion,
a cere­mo­ny of pas­sion as lan­guage.


Réservation


Cet évé­ne­ment est com­plet.