Nous vous conseillons…

Jean-Philippe Collard, piano

Salle Gaveau
13 décembre 2018 — 20 h 30
À partir de 15,00 €
— Détails

Nobuyuki Tsujii (piano)

Théâtre des Champs Élysées
17 décembre 2018 — 20 h 00
À partir de 10,00 €
— Détails


Vos réservations


Veuillez vous connecter pour afficher vos réservations.

Dernier opus d’Ohad Naharin, Venezuela démontre l’engagement de la Batsheva Dance Company : créa­ti­vi­té, musi­ca­li­té et pas­sion sont les moteurs de la troupe. Venezuela pro­met un voyage fas­ci­nant.

Dans Venezuela, créé en 2017, Ohad Naharin et ses dan­seurs explorent le dia­logue tout autant que le conflit entre le mou­ve­ment et sa signi­fi­ca­tion. Leurs armes ? Cette danse à l’énergie pal­pable qui abonde de sauts et d’ensembles, de corps secoués de sou­bre­sauts, de por­tés à bras-le-corps. Fidèle à son goût éclec­tique, Ohad Naharin a don­né carte blanche à Maxim Waratt pour ima­gi­ner une bande-son comme un voyage entre les cultures. Des chants gré­go­riens, du rap (The Notorious B.I.G.) ou du rock (Rage Against the Machine) rythment le spec­tacle. L’urgence de cette ges­tuelle, les volte-face des inter­prètes qui passent en quelques secondes de la dou­ceur à la vir­tuo­si­té endia­blée font de Venezuela une pièce à mes­sage. Ohad Naharin croit encore que le vivre ensemble est pos­sible. Le pla­teau du théâtre devient sa tri­bune : mais pas de longs dis­cours ici, juste la force et la géné­ro­si­té d’une com­pa­gnie plu­rielle. La danse a ce pou­voir, semble dire le cho­ré­graphe, de réunir public et inter­prètes dans une même com­mu­nion. L’art en mou­ve­ment.


Réservation


Cet évé­ne­ment est com­plet.