Nous vous conseillons…

Il n’y a pas de bons plans conseillés en ce moment, mais revenez vérifier régulièrement !


Vos réservations


Veuillez vous connecter pour afficher vos réservations.

Massenet en peintre du sen­ti­ment amou­reux et une dis­tri­bu­tion menée par le duo Juan Diego Flórez – Nino Machaidze.

Héritier de Meyerbeer, Berlioz et Gounod, Massenet culti­va l’idée de « l’opéra à la fran­çaise » tout au long de sa car­rière, grâce notam­ment à un métier et des qua­li­tés par­mi les plus brillantes de sa géné­ra­tion. Pourtant, la pos­té­ri­té tar­de­ra à lui recon­naître cette place et mal­gré une renais­sance de l’intérêt pour son cor­pus dans les années 1970, seuls Manon et Werther trouvent place régu­liè­re­ment aux pro­grammes des grands scènes à tra­vers le monde. Il faut dire que l’un comme l’autre illus­trent à mer­veille ce goût de la vir­tuo­si­té orches­trale, ce sens du théâtre et une admi­ra­tion pour la langue fran­çaise. Manon offre ain­si toute la palette de l’opéra « à la fran­çaise » mais sans jamais tom­ber dans l’outrance ou la cari­ca­ture. Ici l’écriture vocale exploite avec une grande élé­gance toutes les situa­tions, de la vir­tuo­si­té amou­reuse à la plus sombre dou­leur. Pour incar­ner Manon et son Chevalier, un bien beau couple que celui for­mé par Juan Diego Flórez, hier ténor bel­can­tiste incon­tes­té et qui aborde désor­mais des rôles plus lyriques avec autant de suc­cès (il fut récem­ment un somp­tueux Werther à Zurich) et la jeune colo­ra­ture Nino Machaidze, elle aus­si bel­can­tiste accom­plie et que l’on a décou­vert il y a peu en Gilda à l’Opéra de Paris.


Réservation


Cet évé­ne­ment est com­plet.